Skip to main content
À l’usage des étudiants et étudiantes des programmes de lettres et de linguistique de 1er, 2e et 3e cycles. Auteurs: Jacques-B. Bouchard, Jean-Guy Hudon et Thomas Lavoie

La description des livres

A. On place d’abord le nom de l’auteur, en majuscules, suivi du prénom, en minuscules. Ce prénom, exceptionnellement, n’est pas suivi d’une virgule.

DUBOIS, Jacques


B. L’année de publication, entre parenthèses.

DUBOIS, Jacques (1978),


C. Le titre en italiques. Le sous-titre est séparé du titre par un deux-points et il suit les règles du titre. On se reportera à l’exemple de Mailhot et Nepveu plus loin.

DUBOIS, Jacques (1978), L’Institution de la littérature,


D. L’adresse bibliographique, c’est-à-dire le lieu d’édition et l’éditeur. Dans le cas où il y aurait deux éditeurs ou plus, ou deux lieux d’édition, on suit les exemples présentés ci-dessous. On évitera d’abréger le nom de l’éditeur.

DUBOIS, Jacques (1978), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Fernand Nathan/Labor, 188 p.

BALLY, Charles (1909), Traité de stylistique française, Genève et Paris, Georg et Klincksieck, 331 p.

MAILHOT, Laurent et Pierre Nepveu (1980), La Poésie québécoise des origines à nos jours : Anthologie, Montréal, Les Presses de l’Université du Québec et Les Éditions de l’Hexagone, 714 p.


E. La collation comprend deux éléments : le nombre de pages et, s’il y a lieu, le nombre de volume ou de tomes. On indique le nombre de pages numérotées en chiffres romains s’il y a lieu.

DUBOIS, Jacques (1978), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Fernand Nathan/Labor, 188 p.

LEMIRE, Maurice (dir.), (1978-1987), Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, Montréal, Fides, 5 tomes. (« Sous la direction de », en abrégé : dir. entre parenthèses)


F. La collection, s’il y a lieu, est entre parenthèses, et le titre de la collection se place entre guillemets.

DUBOIS, Jacques (1978), L’Institution de la littérature, Bruxelles, Fernand Nathan/Labor, 188 p. (coll. « Dossiers MÉDIA »).


G. Ouvrages ayant plusieurs auteurs :

  • Quand l’ouvrage a deux auteurs, on suit l’exemple suivant :

CORTEN, André et Marie-Blanche TAHON (1987), La Radicalité du quotidien, Montréal, VLB, 315 p.

  • Quand il y a trois auteurs, on suit l’exemple suivant :

BLACKBURN, Marc et al. (1974), Comment rédiger un rapport de recherche, 5e éd., Montréal, Leméac, 72 p.

  • Si un ouvrage a été écrit en collaboration ou constitue un recueil, on suit l’un ou l’autre des exemples suivants, en utilisant l’abréviation « dir. » (sous la direction de) :

AUDET, René et Richard SAINT-GELAIS (dir.), (2007), La Fiction, suites et variations, Rennes, Presses de l'Université de Rennes, 371 p.

HOTTE, Lucie (2009), « L'ironie chez Daniel Poliquin », dans OUELLET, François (dir.), Lire Poliquin, Sudbury, Prise de parole, p. 199-222.


Remarques additionnelles :

  • Lorsque l’édition consultée n’est pas la première, on indique son numéro après le titre, en ajoutant le(s) qualificatif(s) approprié(s) : nouvelle, revue, augmentée, corrigée, remaniée, refondue.

MEILLET, Antoine et Jules VENDRYES (1960), Traité de grammaire comparée des langues classiques, 3e éd. revue et augmentée, Paris, Honoré Champion, 779 p.

  • Si le volume porte un numéro de collection, on place celui-ci après le titre de la collection.

GAL, Roger (1955), Histoire de l’éducation, Paris, PUF, 136 p. (coll. « Que sais-je ? », no 310).

  • Lorsque l’édition d’un ouvrage comporte une préface ou qu’elle est une traduction ou encore qu’elle est revue et corrigée par un autre auteur, ces indications doivent apparaître immédiatement après le titre.

GAGNÉ, Marc (1987), Menaud, Livret d’opéra, préface de Jean-Marcel Paquette, Montréal, Fides, 81 p.

CHOMSKY, Noam (1969), Structures syntaxiques (Syntactic Structures, 1957), traduit par Michel Braudeau, Paris, Seuil, 141 p.

  • Lorsque la date de publication n’apparaît pas, on indique [s.d.] (sans date) ; lorsque c’est le lieu d’édition qui ne se trouve pas précisé, on emploie l’abréviation [s.l.] (sans lieu) ; lorsque ni la date, ni le lieu n’apparaissent, on recourt à la mention [s.l.n.d.] (sans lieu ni date). Enfin, quand un ouvrage est sans nom d’éditeur, on emploie la mention [s.é.] (sans éditeur). Ces mentions apparaissent entre crochets.

LEMAY, J.-A. ([s.d.]), Mille têtes, Paris, Ateliers de l’Héliogravure d’art, II - 152 p.

ARLES, Henri d’ (1909), Essais et Conférences [s.l.], chez l’auteur, 322 p.

NORMAND, Eugène ([s.l.n.d.]), Le Libéralisme dans la province de Québec, 95 p.

MAURAULT, Olivier (1937), Le Cercle Ville-Marie : seize années de vie, 1916-1932, Montréal, [s.é.], 95 p.

MICHEL, Éléanor L. (1943), Les Canadiens français d’après le roman canadien-français contemporain, [s.l.n.é.], 146 p.

  • On peut aussi inscrire certaines indications manquantes, si on les connaît, en les plaçant également entre crochets.

HAYNE, David M. et Marcel TIROL ([1968]), Bibliographie critique du roman canadien-français, 1837-1900, [Québec], Les Presses de l’Université Laval, VIII - 144 p.